Après avoir dévoré les deux séries "l'assassin du roi" et "les aventuriers de la mer", je me suis récemment immergée dans un autre monde, celui du "soldat chamane". Sa plume légère et affutée y décrit un environnement riche, peuplé de détails et de cultures diversifiées. Ce que j'aime chez cette auteure, ce n'est pas seulement son style précis, foisonnant de petites choses, qui comme chez Tolkien en son temps, constituent l'essence même de l'histoire. On ne fait pas que lire la description d'un lieu ou d'une situation, on les sent, on les visite, on les vit de l'intérieur. L'imaginaire de chacun y trouve ainsi son compte : ses limites sont repoussées à l'extrême par la qualité de l'écriture elle-même.

Robin Hobb est une auteure moderne, elle ne décrit pas un monde sans aucune raison. Non. Bien au-delà de ça, elle utilise ce monde de la Fantasy pour comme une utpie, comme Thomas More avant elle, chancelier anglais qui avait trouvé que le meilleur moyen pour critiquer sa propre société était de la comparer à une autre, par le biais d'une rencontre interculturelle. Dans le soldat-chamane, ce sont avant tout deux sociétés qui s'opposent pour la victoire d'une civilisation sur la deuxième, technologie contre magie. Les Gerniens tentent ainsi de conquérir le territoire des ocellions, taillant de graves saignées dans leurs forêts traditionnelles, sans aucune idée des conséquences que cela peut entraîner pour eux, ni des extrêmités auxquelles cela les réduit. D'autres populations, nomades, disparaissent sous la puissance des armes contenant du fer, destructeur de magie.

Le héros, Jamère Burvelle, un beau jeune homme destiné depuis sa naissance à devenir officier de haut rang est pris bien malgré lui dans le tourbillon de la magie ocellionne qui décide d'en faire son champion. La vie toute tracée par la discipline militaire et familiale se voit finalement ballotée tel un fétu de paille. Victoires et catastrophes s'enchevêtrent, tandis que les différences entre cultures sont soulignées activement, mais délicatement, démontrant les communications difficiles voire impossibles entre peuples, ou entre personnes qui ne s'écoutent pas. Cette épopée prône la bienveillance, la compréhension et surtout l'écoute, qui permet de voir au-delà des apparences vers une plus grande harmonie.

Jamais moralisatrice, Robin Hobb réussit une fois de plus à parfaitement narrer un récit empli de rebondissements et d'aventures, de haine et d'amour. Le tout est superbement écrit, idéal pour les amateurs de Fantasy!!!